Nous sommes un collectif de lesbiennes, gays, bi·e·s, trans* et intersexes.

Les archives d’associations, de militant·es et d’individu·es LGBTI en France (et au-delà) sont notre mémoire. Elles racontent des vies et permettent nos vies, elles racontent des luttes politiques et permettent les nôtres, présentes et à venir. C’est pourquoi nous refusons leur lente et invisible disparition, leur maintien au secret, l’absence d'études à leur propos, leur dispersion.

Nous voulons que nos communautés, dans leur diversité, soient entendues par les pouvoirs publics face à cette urgence et associées à la solution.

Nous voulons des archives pérennes, ambitieuses, ouvertes, inclusives dans les supports et objets archivés, largement accessibles y compris en ligne, numérisées, protégées, des archives qui suscitent le travail des chercheurs·es et des expositions pour le public. Bref, des archives LGBTI comme il en existe déjà dans plusieurs pays.

Ensemble, le collectif ArchivesLGBTI se propose de mener le travail de réflexion, de proposition et de mobilisation encore nécessaire pour qu’enfin, la France dispose d’archives LBGTI. Nous n’attendrons plus.

Rejoignez-nous !
contact@archivesLGBTI.fr

 

Prochaine réunion : samedi 21 octobre 2017, de 10 h à 13 h

Bourse du Travail de Paris, 3 rue du Château-d’Eau 75010 Paris
métro République (lignes 3, 5, 8, 9 et 11)
Plans d’accès : OpenStreetMap ou Google Maps

 

Communiqué

Centre d’archives LGBTI « dans une mairie d’arrondissement » : première étape, les militant·es sont prêt·es à franchir les autres

Le Collectif Archives LGBTI a pris connaissance de l’annonce de Bruno Julliard, proposant qu’une partie des locaux de l’actuelle mairie du 1er, 2e, 3e ou 4e arrondissement accueille le centre d’archives lesbiennes, gay, bi·e·s, trans, queer et intersexes dont nous demandons la création.

Cette annonce est, pour nous, une première étape vers la concrétisation de ce projet. Elle est positive, elle amène aussi plusieurs interrogations. Les pouvoirs publics se doivent, avec nous, d’y répondre.

L’accueil des archives, le recueil aussi de la parole des LGBTQI d’hier et d’aujourd’hui est, de l’avis général, une urgence ; le film 120 battements par minute l’a rappelée. Du fait de cette urgence comme du besoin de crédibiliser un projet trop longtemps reporté, nous ne saurions valider l’idée que le centre d’archives ouvrirait à un horizon lointain comme 2020, sans qu’il n’existe aucune autre étape intermédiaire que le box de stockage limité actuel.

Nous visons à un centre d’archives ambitieux, comme le sont les archives et musées LGBTQI à Berlin, à San Francisco ou à Amsterdam. Ce centre doit rayonner vers la ville et tout le pays, vers les publics, être à la fois centre de conservation et d’archivage, espace de recherche et de lecture, musée et lieu de mémoire, lieu-ressource numérique. Il faut donc valider son accessibilité, sa visibilité dans l’espace public, s’assurer que ses dimensions suffisent. Il faut également s’assurer que les moyens pérennes, humains et financiers, au-delà des murs, sont suffisants. Si un tel centre ne peut se créer sans un appui public, il ne peut pas non plus exister sans les lesbiennes, les gays, les bi·e·s, les trans, les queers, les intersexes. Comme le montrent tous les exemples étrangers, le centre ne peut pas non plus exister sans les LGBTQI elles- et eux-mêmes. Leur confier la responsabilité du centre permet de créer la confiance nécessaire avec les personnes souhaitant confier leurs archives ; la contribution des bénévoles est indispensable pour le fonctionnement quotidien.

Les membres du Collectif Archives LGBTI, en lien avec les associations lesbiennes, gay, bi, trans, queer et intersexes et de lutte contre le sida, travaillent à affiner le projet de centre d’archives. Elles et ils sont engagé·e·s dans une démarche positive de proposition aux pouvoirs publics et de mobilisation des savoirs et des expériences des bénévoles et des expert·e·s LGBTI. Elles et ils seront donc heureux·ses de pouvoir rencontrer la Ville comme les autres interlocuteurs, pour faire enfin aboutir ce projet.

Le collectif Archives LGBTI est un collectif citoyen de lesbiennes, gays, bi·e·s, trans, queers et intersexes. Les archives d’associations, de militant·es et d’individu·es LGBTQI en France (et au-delà) sont notre mémoire. Elles racontent des vies et permettent nos vies, elles racontent des luttes politiques et permettent les nôtres, présentes et à venir. C’est pourquoi nous refusons leur lente et invisible disparition, leur maintien au secret, l’absence d’études à leur propos, leur dispersion. Ensemble, le collectif se propose de mener le travail de réflexion, de proposition et de mobilisation encore nécessaire pour que la France dispose enfin d’un centre d’archives LBGTQI.

Collectif Archives LGBTI
contact@archiveslgbti.frTwitter @ArchivesLGBTIFacebook ArchivesLGBTI

 

Programme de la journée du samedi 07 octobre 2017

Les réunions ont lieu tous les 15 jours.
Exceptionnellement, la durée de cette réunion a été plus longue pour pouvoir faire un point sur les expériences passées et se projeter dans le futur.

Le programme

9 h 45
Accueil

10 h – 13 h   Expériences passées, archives présentes et pratiques archivistiques

10 h – 10 h 50
Historique des projets de centres à Paris
• de 2001 à 2012 (Hoang et Thomas)
• de 2013 à 2017 (Renaud Chantraine)
10 h 50 – 11 h
Retour sur les expériences réussies à l’étranger (Patrick)
11 h – 11 h 20
Archives sida, constitution d’un fonds au Mucem (Renaud Chantraine)
11 h 20 – 11 h 40
Fonds privé, l’académie gay et lesbienne (Hoang et Thomas)
 
11 h 40 – 11 h 45
Pause
11 h 45 – 12 h
Où sont les archives trans ? (Hélène hazera)
12 h – 12 h 20
Archives de la militance trans (Christine Rougemont, association Medusa)
12 h 20 – 13 h
Traiter une archive et un fonds : dépouiller, classer, indexer, publier (Michael)
 
9 h 45
Pause déjeuner

14 h – 17 h   Dynamiques actuelles du collectif Archives LGBTI

14 h – 14 h 10
Positions associatives sur leur implication dans le collectif (personnes présentes)
14 h 10 – 14 h 55
Retours des réunions des groupes de travail (15 min. chacun·e)
14 h 55 – 16 h 45
Discussion sur chaque projet (30 min. chacunE, pause de 5 min. à l’intérieur)
16 h 45 – 16 h 50
Outil Mattermost, gestion de listes et messagerie instantanée pour le travail du groupe (Guillaume)
16 h 50 – 17 h
Relevé des décisions actées collectivement et prochaines réunions

 

Quelques ressources

« 120 battements par minute » réveille le projet de centre d’archives LGBT à Paris
Article paru dans l’Express, 03-09-2017

Centre d’archives LGBT : l’éternel projet
Article paru dans Libération, 09-09-2017

Mémoire LGBT : sortons les archives de nos placards !
Tribune de Philippe Artières, 17-09-2017

Pourquoi un centre d’archives LGBT est utile
Tribune de Christine Bard, en réponse à la tribune de Philippe Artières 21-09-2017

Centre d’Arcehives LGBT de Paris : les écolos mettent la pression sur Anne Hidalgo
Article paru sur Hornet, 29-09-2017

Archives LGBT : pour que la mémoire demeure
Portfolio paru dans Libération, 26-09-2017>
Documents sur le mouvement LGBTQI conservés dans le Fonds public Michel Chomarat de la bibliothèque municipale de Lyon

Pourquoi la création du centre d’archives LGBT de Paris fait polémique depuis 13 ans
Article paru sur Archimag, 15-12-2015